Et sinon, ça va bien ?

Quelques questions bien intéressantes m'ont été déposées en commentaire et je souhaite y répondre par un billet. J'aurais plus de place pour m'épancher comme ça !

Ces questions, les voici :

Mais comment tu te sens vis à vis de la nourriture. As-tu levé les restrictions comme le préconise le livre ? (Anonyme du Hasard - 12 octobre 2009 à 22h50)

Tu gères ? (Plume Vive - 13 octobre 2009 à 14h43)

Vaste sujet ! Par où j'commence...

La question la plus simple : ai-je levé les restrictions ?
La réponse est oui. Je ne m'empêche rien. Je mange tout ce dont j'ai envie - et je suis du genre bec sucré et... salé - comme du Toblerone au chocolat au lait avec mon café du matin au boulot au lieu de mon habituel carré de chocolat noir.

Mon Dieu, mon Dieu, mais alors comment ce fait-ce que je n'ai pas pris un gramme ? Et bien je constate que je mange moins.
Il y a quelque chose d'étonnant dans tout cela :
- en prenant conscience de mes sensations de faim et de satiété (et de trop plein), je mange naturellement moins juste pour ne plus avoir trop souvent conscience que j'ai trop mangé (comme là par exemple... très désagréable sensation) ;
- en levant les restrictions, je mange différemment et... moins !
Ce que je vais dire m'étonne mais ça MARCHE ! Mon rythme alimentaire semble vouloir s'équilibrer et le fait de pouvoir manger de tout me permet de moins penser à la nourriture.

Un exemple ? En sortant de la gym ce midi, j'avais envie d'un sandwich. Une fois le sandwich choisi (un jambon-beurre-fromage), je me suis dirigée vers le frigo contenant les boissons et les desserts. Et il y avait une part de flan pâtissier ! Du FLAN PÂTISSIER ! Cela vient de loin mais j'adore ça : un souvenir d'enfance. Et bien, avant je l'aurais pris mais pas là ! Et j'en suis la première étonnée : je me suis dit "non, ça fera trop" alors j'ai pris un fromage blanc. Et je n'en ai ressenti aucune frustration. Bé non puisque la prochaine fois que je prendrais une salade, je pourrais prendre un flan.

Mon rapport à la nourriture a-t'il changé ?
Franchement, oui. Je ressens moins de frustration, certes, mais également moins de culpabilité. Et c'est plutôt un bon point quand on me connaît.

Est-ce que je gère ?
Alors, là, la réponse est plus compliquée. Oui et non.
Oui parce que je trouve la procédure innovante, différente et si banale qu'elle en est rassurante. Je savais au fond de moi que les problèmes de poids ne pouvaient pas seulement pouvoir se gérer avec l'aide de sachets hyperprotéinés.
Et non, parce qu'en effet cela demande un investissement, même payant à terme, de longue, très longue haleine. Alors que là maintenant tout de suite, je ne dirais pas non à 5 kilos de moins, pour commencer, juste histoire de pouvoir m'habiller différemment et d'alléger la pression sur mon dos.

Bon bé, donc, globalement, je gère, moins les quelques petites périodes de déprime du soir (espoir...).

Alors je continue parce qu'en effet je me sens mieux, différente, au début de quelque chose qui ne m'apportera que du bon (du bon, du bonnet... okay c'est nul mais il est tard et j'ai trop mangé...). Et Le Livre m'y encourage :

Ne l'oubliez pas, le régime contre-attaque est une méthode progressive d'apprentissage et non un régime à appliquer "en bloc".

Ah bon bah, ça va alors, je me sens mieux !

Commentaires

  1. ok... j'aime lire ce que tu écris... et toutes mes ondes positives t'accompagnent dans cette vaste odyssée...

    RépondreSupprimer
  2. Merci, Plume ;) Et tu sais que c'est réciproque : j'adore te lire également.
    Mais tu dis vaste odyssée à cause de mon tour de taille ? :o)
    Qui a dit : t'es bien une fille, toi ?!

    RépondreSupprimer
  3. (rire) non je dis odyssée car c'est comme cela que je qualifie cette aventure de quête alimentaire doublée d'une quête intérieure ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Tes messages sont exceptionnels! continues à nous faire part régulièrement de ton évolution. Je trouve cette méthode de plus plus intéressante. Et après tout, est ce qu'il vaut mieux maigrir puis grossir avec de la vulapibilité ou, se sentir déjà mieux et maigrir quand le corps le souhaite, même si c'est dans plus longtemps!!?

    RépondreSupprimer
  5. Plume > Arf je sais bien. Je rigole. Faut pas me tendre des perches, je les saisis toujours au vol : ça m'amuse.
    Espérons quand même que cela me prendra moins de temps qu'Homère ! :)

    Ano > Mon anonyme est de retour :)
    Exceptionnels ! A ce point là ? Ouh bah j'en rougis.
    Sans conteste, il vaut mieux prendre le temps de pérenisser. Les régimes yoyo sont une plaie et pour le corps et pour la tête : j'en suis l'illustration. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi on veut nous faire croire qu'ils restent THE solution alors qu'ils sont contre-nature !
    Ah si, je sais... ça serait pas un peu commercial tout ça ? Argument facile, j'avoue mais les conséquences négatives de la société de consommation est mon argument phare...
    Maintenant, chaque solution a des adeptes parce que c'est quelque part une question de personnalité.
    Et là germe une nouvelle idée de billet ! Anoyme du hasard, tu stimules mon imagination :)

    RépondreSupprimer
  6. Plume > il manque un bout de ma réponse : "moins de temps qu'il n'en a fallu à Homère". C'est plus clair et c'est plus french.

    RépondreSupprimer
  7. Bravo, encore bravo ! Je ne peux que te souhaiter de la perseverance, car je m'apercois qu'en effet tu sembles plus sereine vis-a-vis de la nourriture !
    Question qui tue : et l'Homme dans tout ca, il te suit/soutient ?

    RépondreSupprimer
  8. Dine > L'Homme trouve cela fort intéressant (comme ce que je fais :o) mais, faut le comprendre, il n'a pas le temps de me lire (ici ou ailleurs sauf si je lui mets sous le nez).
    Mais il me soutient, ça c'est sûr.

    RépondreSupprimer
  9. c'est déjà pas mal! au moins il y a pas trop d'influence négative "des autres"...

    RépondreSupprimer
  10. on n'a pas le loto de la semaine ??

    RépondreSupprimer
  11. Ano > et hop un piti billet en réponse !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés