mercredi 31 août 2011

Dis, maman, à quoi tu penses ? - # 21

- Sur ma porte, je vais accrocher un écriteau : Attention, attention ! Déplacement de Boubou intempestif : merci de vérifier où vous posez les pieds avant de les poser !

- Le Boubou s'ennuie ? Une bouteille en plastique vide et vous avez la paix 30 minutes (mais pas le silence !).

- Note pour plus tard : ramasser le gâteau apéro échappé du vendredi soir.

- La vie avec un enfant est un Tétris géant... inversé. Tout doit remonter : à 70 cm au-dessus du niveau de l'enfant.

- "Mam mam mam mam mam mam mam" On eut pu croire que Boubou aime sa maman. Mais non. Encore que : peut être, hein, qui sait. Simplement, là, tout de suite, maintenant : Boubou a faim grave la dalle !

- Note pour plus tard : ranger les jouets avant d'aller se coucher.

- Regarde Boubou, ça c'est une plante verte. C'est joli, ça décore. Tout ça, tout ça... Non, non, mais c'est pas grave, elle est bien aussi comme ça. Sans feuille... Alors tu vois, là Boubou, c'est le chat... heu, non, oublie ce que je viens de dire : le chat, lui, a besoin de ses poils.

- Boubou qui tousse avec dans la bouche de la purée = Maman mouchetée de la tête aux pieds.

- Ting ! Et le combat s'engage. Les adversaires se jaugent l'air plutôt rieur. Il tente une échappée sur le côté, soulève tout son corps, arcbouté, mais elle le rattrape in extremis par le fond de la couche, le plaque au sol d'un bras et se concentre sur la tête de sa cible. Puis viennent les bras. Le déroulé se passe sans anicroche et les pressions sont pressées. La suite s'annonce bien... Mais c'est sans compter sur l'entêtement du nain. Il retente une échappée de l'autre côté et se retourne comme une carpe. Elle n'a rien vu venir. Il se redresse prêt à fuir mais elle ne s'en laisse pas conter. Saisissant la jambe gauche de la main droite, elle attrape l’objet du délit de la gauche. Le combat se poursuit : gauche, droite, gauche, droite, gauche, droite. Le combat est serré mais elle s'entête et les deux jambes sont enfilées ! Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! 2 minutes 35 secondes ! Le Boubou est habillé. C'est une nouvelle victoire de super-maman-crevée contre le Boubou bondissant du soir !

- Boubou qui se tait. Connerie en progrès. Se dit aussi : Qui ne fait pas de bruit, prépare une connerie.

- Note pour plus tard : ranger les gamelles du chat quand il a fini de dîner. Ou ne pas laisser le Boubou évoluer dans la cuisine. C'est selon. En même temps, le jour où je n'ai plus de petits pots, je devrais pouvoir remplacer par un gamelle de croquettes. C'est comme des gâteaux secs au poulet. Et le chat n'a pas l'air de s'en plaindre. (Et Boubou non plus... allez, je rigole, il n'a pas encore goûter... pas eu le temps :))

mardi 30 août 2011

lundi 29 août 2011

Un été à Paris



© Crédit photo : Toncrate

Le menton dans la main gauche, le coude gauche sur le bureau, je sirote de la main droite le café fade et tiédasse du distributeur. Un air frais d’automne à peine réchauffé par le soleil qui s’éloigne, entre par la fenêtre, me caresse le visage, m’instillant de folles envies d’évasion impossible et repart aussitôt d’où il est venu. Lui… Le temps s’écoule lentement. Je ne bouge pas. Le café refroidit. Depuis que Pierre m’a apportée le courrier du matin, je n’arrive pas à détacher mon regard de l’image que j’ai clouée au mur, comme au pilori, pensant animer le bureau d’une lueur différente. Une carte postale envoyée d’ailleurs, par un collègue bien intentionné à la base, mais légèrement désagréable du reste.
« Une petite pensée pour vous qui bossez ! » me dit-il, l’air enjoué du type qui a troqué son costume 3 pièces contre un ensemble T-shirt-bermuda-tongs.
Je t’en ficherai ! Tu sais où tu peux te les carrer tes pensées ?
A mon tour de lui adresser mes « petites pensées » : plus assassines les unes que les autres, moi qui ne ferais pas de mal à un boss !
Humpff…Ça m’apprendra à poser mes congés du 15 juillet au 15 août. La prochaine fois je prendrais mes congés d’été en été.
Allez ! Plus que 4 mois avant la vacuité professionnelle suivante… En attendant, je remets mon pauvre esprit surchauffé de fatigue et d’inutilité en veille au travail.

L'impromptu de la semaine.

mardi 23 août 2011

Carte postale

Chers tous,

Beaucoup de soleil et de repos (mon cul ! il fait un temps de merde et Boubou dort tellement mal que nous n’avons pas eu une seule vraie nuit depuis des semaines !), voici enfin des vacances qui portent bien leur nom (ouais, c’est ça, du vide, du vide, du vide… Avec ce temps à la con, on ne peut rien faire ! Sauf aller chez le médecin tous les quatre matins, vu que nous sommes tous malades !).
La région est superbe (aussi belle que le port commercial de Dunkerque en plein mois d’hiver…) et offre tant de possibilités qu’il nous faudra revenir pour tout voir (et puis quoi encore !).
Tout ce qu’il nous fallait pour revenir regonflés à bloc et attaquer la rentrée du bon pied (ouais, voilà, les yeux gonflés de fatigue et le compte en banque tellement à sec qu’il va me falloir attaquer une banque pour payer les impôts à venir !).

A très bientôt (peut être, hein, parce que pour l’instant, il faut que je dorme !).


Timbré depuis ailleurs à destination des Impromptus



mercredi 17 août 2011

ça ne vous fait pas ça, à vous...

Vous vous mettez sur l'ordinateur pour faire une chose bien précise et 1h plus tard, vous en avez fait 12 autres et plus le temps pour faire la petite chose à faire.


Vous vous rendez dans une pièce pour prendre un objet bien précis, en passant vous rangez 12 autres trucs et repartez sans avoir pris ce pour quoi vous étiez venus.


Vous allez dans un magasin pour acquérir un bien précis et vous en ressortez avec 12 autres trucs dont vous n'aviez pas spécialement besoin (et en ayant copieusement oublié ce pour quoi vous étiez venu).


Vous vous rendez à Paris pour y aller travailler et sur le chemin vous vous perdez en visite des monuments... ah non, ça, ça n'est arrivé que dans mes rêves.


Bon bé, j'crois qu'il va falloir y aller.

mardi 16 août 2011

Je crois que j'ai pris du retard...

Oui, ici, aussi.
J'avais dis : - 3kg pour le 23 juillet.
Raté. Ce fut : + 1,5 kg pour le 23 juillet.

Je m'étais dis : vacances = reprise d'un rythme sportif un peu plus adéquat.
Presque gagné : ma sinusite (encore elle) m'ayant légèrement coupé dans mon élan.

Au bilan quand même, je suis à - 2,2 kg au 16 août.

Du coup, on se motive ici aussi et on se dit - 2,2 kg le 4 septembre et adoption du rythme d'agitation "graissienne" suivant : 
- 16 août : natation
- 18 août : jogging (dans la limite de mes possibilités et plus si affinités... un jour je vous expliquerais)
- 19 août : natation
- 21 août : jogging
- 23 août : natation
- 25 août : jogging
- 26 août : natation
- 28 août : jogging
- 30 août : natation
- 1er septembre : jogging
- 2 septembre : natation
- 4 septembre : jogging

Et on verra ensuite, la rentrée modifiant les planning d'aquagym. Pour l'instant, aux horaires proposés, je suis soit au boulot, soit de Boubou-garde.

Allez, hop, on y va. En route pour un corps de rêve (pffffffffff.............) !

Je crois que j'ai pris du retard...

Grâce à ma découverte des vacances : une sinusite. Entre le temps, les petites faiblesses et autres poussées dentaires du Boubou, et cette sinusite, j'ai pris un paquet de retard. Je n'ai pas avancé d'un iota durant la semaine écoulée...

Ce n'est  pas grave parce que demain je retourne bosser. Ouuuaaaiiiissss... :(
Ce n'est pas grave parce que demain je reprends le train. J'écrirais donc les scènes manquantes à la main dans mon zoli cahier.

On y croit ! Encore deux semaines pour achever au moins une nouvelle. Allez on se motive... et on va travailler.

J'veux pas y aller !