Petite psychologie du marque-page

Je vais tenter un article hors du temps. En marge de mes billets habituels et pourtant si proche de mes sujets de prédilection. Juste parce que j'ai envie de vous parler de mes marques-page. Parce qu'après avoir fait le tri des livres et avant de les remiser dans l'armoire des mises en vente, il m'a bien fallu les délester de leur stigmate de lecture : le fameux marque-ma-page-où-qu'jen-suis-que-je-men-souvienne.

Je suis en effet peu portée sur le cornage de page. Par respect du livre lui-même, c'est vrai, mais aussi pour éviter à la force de ne plus savoir quelle corne est la mienne des fois que plusieurs se disputeraient mes yeux.

Vous l'aurez donc compris, je suis de ceux qui glissent une marque entre deux pages. Et là, pas de quartier, tout (voire n'importe quoi) peut en faire office. Il n'y a pas, à mon sens, de vocation à être un bon marque-ta-page. Tout peut servir, surtout dans l'urgence.

Dans mon tri, j'ai donc retrouvé de vrais marques-page, de ceux qu'on trouve dans les librairies, délivrant un message en rapport ou pas avec les livres et ceux ramenés de voyage par des proches qui me connaissent bien ; des cartes postales venues de très loin au soleil glissées au creux des livres d'hiver ; des photos d'un instant (personnes aimées ou paysages) trimbalées pour ne plus y penser ; des cartes de visite (souvent les miennes) qui ainsi serviront enfin à quelque chose ; une lettre de rappel du non paiement de ma toute première taxe foncière dont l'avis de paiement avait été adressé à mon adresse précédente, celle où j'étais locataire ; des forfaits de ski qui m'avaient menés jusqu'à la terrasse blanche et ensoleillée d'une montagne où j'avais visiblement préféré rêver plutôt que lire et même skier ; des places de cinéma de films qu'on aurait préféré oubliés ; des lettres d'amour, d'injures, d'excuses, que sais-je encore, qu'on avait cru egarées.

Tout un petit monde. Tout mon petit monde que j'emmène partout où je vais pour me conforter, me réchauffer et surtout je crois, me rassurer.

Dans mon tri, j'ai aussi retrouvé le bonheur de redécouvir cette lettre, cette photo, cette carte postale, ou de l'imaginer offerte aux générations futures. Ce bout de souvenir, ce bout de soi, coincé entre deux chiffres, deux mots, deux phrases ou deux intrigues. Début d'une idée. Nostalgie involontaire de l'instant qui se voulait plutôt rangement.

Un moment. Le moment marque-page.

Tout un petit monde. Tout mon petit monde d'amis imaginaires en papier.

Commentaires

  1. Et oui, c'est fou ce que l'on peut retrouver dans un livre non ouvert pendant longtemps...Tu n'as plu qu'à te faire un petit musée de marque-ta-page et je pense que là il y en a beaucoup qui pourront t'aider! Mais il y en a aussi qu'on ne donne jamais, car effectivement trop de souvenirs s'y rapportent.
    mf

    RépondreSupprimer
  2. C'est absolument ça ! Et à chaque livre on trouve un nouveau marque page car évidemment le précédent on l'a laissé je ne sais où dans un coin (de livre) pour le suivant et ainsi de suite ! Et maintenant que faire de tous ces marques pages, un joli tableau où l'on pourra les piocher au fil des pages peut-être ??

    RépondreSupprimer
  3. Bah voilà ! Moi qui cherchais à donner un sens à ma vie :0)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis sûre qu'ils raconteraient une histoire mis bout à bout.

    RépondreSupprimer
  5. aaaahhh, les marque-pages ! j'en suis folle, moi aussi, de l'incongruité de certains mais aussi, et surtout !, de ceux que je créé ! c'est mon cadeau personnalisé préféré entre tous !

    RépondreSupprimer
  6. je les collectionne! j'en ai une pleine boîte, je les choisis fonction de la taille du livre, du moment, j'adore ...j'en mettrai bien plusieurs par livre! il y a les publicitaires, les souvenirs de voyage, les originaux, bref j'aime les marque pages!

    RépondreSupprimer
  7. C'est un très chouette billet! J'adore ces petites choses insignifiantes qui lorsqu'on s'y arrêtent ont tant à dire!

    RépondreSupprimer
  8. vraiment prisca, tu m'ébahies toujours ! quelle main d'écrivaine tu as ! je sais je me répète, mais j'ai plaisir à le faire;
    bravo pour ces phrases si raffinées et drôles en même temps !
    tu en as de l'imagination !
    bisous
    josy

    RépondreSupprimer
  9. ma maman fait ça aussi, je trouve ça chouette :)

    RépondreSupprimer
  10. Moi aussi :)
    Et j'aime quand elles m'inspirent !

    RépondreSupprimer
  11. peut être plus que les livres ;o)

    RépondreSupprimer
  12. J'ai aussi un bon dico ;o)
    Merci :)
    Bisous

    RépondreSupprimer
  13. et bientôt toute une nouvelle gamme à exploiter : "ses premiers gribouillis", "ses premiers bonhommes", "ses premières lettres"... encore tout un monde à (faire) découvrir ;o))

    RépondreSupprimer
  14. Arf...
    - Tu vois là c'est mon fils/ma fille qui a fait un dessin. C'est beau, non ?
    - hum hum... c'est quoi ?
    - bah ça se voit, non ? C'est moi !
    - ah ouais...
    - pfff tu comprends rien à l'art !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés