Concentré en 115

Je n’avais qu’à battre le rappel de mes idées en un seul et même lieu : au centre de mon imagination devenue presque impénétrable tant les ronces de ma léthargie en entravaient l’entrée.
Je n’avais qu’à faire cela. Ce n’était pourtant pas si compliqué.
Je l’ai eu fait avant : je savais me concentrer dans ce seul et même but : écrire. Je ne souhaitais donc que cela : enfin réécrire un texte, même ne comptant que 125 mots.
Mais mon petit concentré de bonheur en avait encore décidé autrement alors que je débouchais mon stylo et saisissais une feuille blanche, car déjà l’heure du bain sonne.
C’est ainsi que ma concentration s’envola… en condensation.

Pour les Impromptus sur le thème de la semaine : concentré en 125 mots (ou entre 115 et 135). 

Commentaires

Articles les plus consultés