Le caveau de famille


J'ai donc enchaîné la suite (remember : clic).

Benny est toujours Benny et Désirée est toujours Désirée. Leur amour est impossible et pourtant ils s'étaient jurés d'essayer d'avoir un enfant ensemble et, toc toc badaboum, ils l'ont !

Commence alors la vie de famille telle qu'elle existe sans surprise, ni nouveauté (même dans le milieu rural à une exception près : la vitesse à laquelle Désirée engendre !) : c'est le bordel à gérer surtout quand on sait que les hommes et les femmes ne voient pas les mêmes choses de la même façon (nous n'avons pas le cerveau monté de la même façon).

Un livre sans surprise et rigolo mais pas hilarant. Faut pas déconner non plus : il m'est arrivé de sourire mais pas à m'en fouler les zygomatiques.

Vous pensez que je résume ? Bah, lisez et on en reparle. Ou alors ne perdez pas votre temps et ne le lisez pas, voire ne pas votre argent : empruntez-le !

Et comme je n'ai toujours pas compris, je suis maintenant sur Les larmes de Tarzan toujours du même auteur... Achevez-moi !

Katarina Mazetti. Le caveau de famille. Gaïa Editions, mars 2011. 

Commentaires

Articles les plus consultés