Pourquoi je suis une tête de noeud...

Parce que mon corps n'est qu'un noeud, lui-même centré sur un autre - nœud - plus petit, plus profond, plus douloureux - plus (con)centré - lui-même né d'une vertèbre mal lunée pour une raison qu'elle seule connaît, le tout accentué par un poids lourd - en deux mots, ou un lourd poids pour faire moins gourd - né - enfin ? -  d'un mal parfois être, parfois avoir - au choix - né - enfin ! - d'on ne sait où - mais veut-on savoir ?

Des couches et des couches de graisse - donc - de mal et de stress - jonc - de masse et d'os las - clong - ça casse et puis crac - bong -, boum, hu... Rien à voir, c'est vrai.

Mais quand même : juste un tout fait de strates - mates - assemblées en une hâte - moite - sur une longue chaîne bien trop vaste - débâcle - soit - mais ayant à cœur d'alléger l'être - avoir en être, certes - pour soulager l'âme - femme. Ou l'inverse.

Car l'âme a du cœur et le nœud une tête. Et une qui pense.

Parfois trop peut être...

Mais quand même : CQFD.

Sur une consigne passée des Impromptus, mais quand même : (vieilles) choses nouées - comme moué.

Commentaires

  1. la consigne a beau être passée, cela n'a pas l'air d'être dépassé, mais plutôt de se mal passer :(

    RépondreSupprimer
  2. Terriblement actuel, en effet
    Mon corps m'encombre avec toutes ses douleurs.
    Espérons que j'y trouverai solution :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés