Suite(s) impériale(s)


Je dois bien avouer que je ressens une certaine aversion pour cet auteur de l'extrême depuis Lunar Park que j'avais trouvé indigeste tant il était bourré de drogue jusqu'entre chaque mot. Et pourtant... je ne peux m'empêcher de le lire puisque je viens de récidiver avec Suite(s) Impériale(s).

Mis à part certains passages beaucoup trop hard pour mon petit cerveau (récit de snuff movie ou de weekend de débauche exagérément violent) que j'ai ostensiblement éviter, le reste se déroule dans un Los Angeles de l'industrie du film : drogue, alcool, médocs, manipulation, etc. Tout y est.

Un monde opaque et flou dont le sens (m)s'échappe poussé par un vent de folie... Le monde de Bret Easton Ellis dont le stylo doit parfois crier grâce !


Bret Easton Ellis, Suite(s) Impériale(s). Robert Laffont, septembre 2010.

Commentaires

Articles les plus consultés