Passage à vide

Je suis comme toutes les définitions et synonymes que l'on peut en trouver. Toujours aussi fatiguée, je ne contiens rien de concret. Mon contenu a foutu le camp. Comme si toute ma matière vivante m'avait été enlevée, je me traîne telle une coquille de noix déserte et sans vie, inoccupée...

Je suis privée de ma vitalité d'écriture, incapable de réfléchir, d'agir. Sens et réflexion m'ont été enlevée. Ma muse a fait ses bagages. Elle a déserté ces contrées dépourvues d'intérêt, de caractère, de densité.

Ma tête est un désert nu, où des pensées vaines côtoient des vues stériles qui échafaudent des desseins inutiles et insignifiants. Juste une envie d'abandon à un néant futile, à un manque creux et nul, une absence plate et morte, une lacune inhabitée et aride.

Je suis privée de rien, vacante vacuité, inconsistante omission...


Je finirais bien par me remplir de nouveau (quand il fera plus chaud ? ... :p)

Commentaires

  1. t'as essayé le chocolat chaud ?

    nooon ?
    ben clique sur mon pseudo, alors !
    ;-])

    RépondreSupprimer
  2. J'aimerais bien connaitre le nom de ce voleur qui viderait de toute essence comme ceux qui siphonnent les réservoirs.
    Tu es moins inspirée en ce moment mais tu n'en es pas devenue vide et creuse pour autant, les mots ont simplement plus de mal à sortir et ta muse, effrayé par le retour de l'hiver, est partie en vacances au soleil sur une ile paradisiaque.
    Coupe lui les vivres pour qu'elle revienne bien vite, ce genre de vacances est coûteux ;-)
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  3. Tiniak > J'adore le chocolat chaud ! I'm coming :)

    Pandora > Il n'a ni nom, ni visage uniques. Il est si différent d'une personne à l'autre.
    Je la vois bien la saloupiote, étaler sur une plage de sable blanc, face à une mer bleu paradis, bercée par le bruit des vagues et le tintement des glaçons dans un verre à cocktail... Elle aurait pu m'emmener avec elle quand même !
    Je vais lui couper pasque déjà que j'étais déçue de ne pas réussir à danser cette semaine, alors cela m'embêterait de ne pas transformer l'essai sur le conte de noël ! ;)))
    Je t'embrasse également. Repose toi bien.

    RépondreSupprimer
  4. c'est normal le coup de fatigue en fin de trimestre, et avec le froid....
    et puis tu as assez vu le coup de la "muse volage" chez L'arpenteur, chez moi, on a même eu Basdecasse qui lui a tordu le cou
    tu vois bien, c'est une épidémie :o)

    allez, un bon grog, et tu pourras y revenir !
    en attendant, plein de bisous

    bon, et bien je vais y aller, préparer un feu dans la cheminée, et puis ce sera un petit whisky pour moi :)))

    RépondreSupprimer
  5. Tisseuse > Bé oui quand on est fatigué, on s'énerve plus vite et du coup c'est la muse qui prend ! :)
    Le feu dans la cheminée, c'est fait ! Et pour arroser cela, je me prendrais une 'tite vodka :o)
    Bisous également ;)

    RépondreSupprimer
  6. Tu sais, j'admire les écrivains qui peuvent s'installer devant leur feuille de papier à heure fixe ... une petite tisane et un bon feu de cheminée et surtout du repos !

    RépondreSupprimer
  7. JOYEUX NOEL !!!

    HO HO HO

    J'espère que t'as été gâtée tout plein ;o)

    Bisouilles
    Muriel

    RépondreSupprimer
  8. Voui !
    Et toué ?
    Et mini-toué ? (surtout :op = un renne qui tire la langue !)
    Bisouilles plein !

    RépondreSupprimer
  9. belle description d'un passage à vide, tes mots sont justes et beaux si l'on peut dire ! alors, maintenant que t'as fait çà, debout les coeurs ! ou panpan cucul. Oh je l'aime bien, je la garde celle là.
    ciao Tu.

    RépondreSupprimer
  10. Daddy > Les cœurs partent en vacances donc pas panpan cucul ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés