Un retour sur Espitallier

Il y a un an maintenant, je vous parlais de façon lapidaire d'Espitallier que j'avais découvert par un heureux hasard. Je ne l'ai pas relu depuis mais une partie m'a marquée à tel point que lorsque je me sens seule, cette partie me revient. Je vous livre donc une de ces petites phrases qui constitue ma méthode Coué.

"5.5 D'où il se vérifie que penser que l'on pense à moi, même si l'on n'y pense pas, produit des effets nettement plus bénéfiques que penser que l'on ne pense pas à moi, même si l'on y pense.

5.6 Dit autrement, il est préférable de penser que celui qui ne pense pas à moi y pense que de penser que celui qui pense à moi n'y pense pas.

5.7 D'où l'on déduit que, ici comme ailleurs, l'illusion est toujours préférable à la réalité."


Evitons tout de même de n'avoir que des illusions !

Et sur ce, bonne soirée :-)

Commentaires

  1. ce n'est peut-être pas tout à fait une notion d'illusion, c'est plus une histoire d'effet sur nous de ce que nous croyons
    que cela soit vrai ou pas, il est plus judicieux pour notre santé d'avoir des croyances positives

    notre cerveau, ne faisant pas de différence entre réalité et croyance, va alors développer un sentiment en nous de paix propice à notre bien être

    RépondreSupprimer
  2. Elle me plaît ton explication.
    Il ne me reste plus qu'à développer la partie "croyances positives" pour aller la loger à la place de mon ineffable pessimisme, alors ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Oui oui oui je comprends maintenant et tes explications me furent bien confortables...
    bisous Cac

    RépondreSupprimer
  4. et alors il vaut mieux que des illusions ou que des désillusions? Moi j'opte pour les désillusions...mon côté maso...

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme > Ce n'est pas du masochisme, c'est une démission totale, ça ! Cela évite peut être les déceptions, certes. Mais ne vaut-il mieux pas mettre parfois en sourdine ses illusions plutôt que de vivre dans la desilussion... ?
    Et puis, il ne faut pas confondre perte d'espoir et lassitude.
    Moi je dis ça, je dis rien. Je ne sais même pas qui se cache derrière cet anonyme qui semble quelque peu découragé...
    Souriez, il reste toujours quelque chose à quoi s'accrocher... Je sais c'est parfoi mais cherchez quand même.

    RépondreSupprimer
  6. "c'est parfois dur", je voulais dire...la preuve :o)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés