A cœur

J’ai la tête vide depuis des mois. Plus assez de mots pour faire un texte, ni même un poème. Plus assez de temps, peut être. Plus assez de moi, aussi.
Plus assez…

Pourtant le monde m’inspire. M’exhale à la figure une haleine fétide quasi quotidienne de bêtises sans logique et sans nom. M’expire des envies de pleurer, à se moucher sans fin dans une ramette de papier.
Et plus si affinités.

Comme si ce moi écrivant qui me berçait, m’aidait, me portait, m’a eu sauvé, s’était effacé au profit d’une autre, organisée, cloisonnée, systématique, fatiguée. Comme vidée, en somme, à la seule idée de devoir saisir un stylo, ses doigts, son clavier, ses idées.
Ses idées...

Pourtant, l’espoir d’un renouveau, chaque jour, me porte. Toujours pas loin, cahier et crayon, si s’ouvre la porte. La plume prête à tremper dans l’encre rouge et or de mon cœur.
Scintille.



Pour les Impromptus sur le thème de la semaine : mon cœur scintille.

Commentaires

  1. la tête vide, peut-être...et cependant l'envie est là, juste pas loin...

    je pense fort à toi :)

    RépondreSupprimer
  2. Tiss' > toujours là, l'envie.
    Merci. Moi aussi ;)

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi je ressens cela parfois !
    Bonnes Fêtes !
    Biz

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés